UN PEINTRE MEXICAIN ...

Publié le par Crevette


...  <<au pays des Gringos>>



"Autoportrait  <<The Frame>>, vers 1938

L'exposition <<Mexique>>  organisée par André Breton à Paris en 1939 présenta des tableaux, des sculptures, des photographies et des objets populaires mexicains. Son autoportrait fut  également exposé ; FOND BLEU0001ce fut la première oeuvre d'un artiste mexicain contemporain achetée par le Louvre. Rivera fut très fier de cet honneur et s'enthousiasma souvent pour le triomphe remporté par Frida Kahlo à Paris. Le portrait  et le fond bleu sont peints sur une plaque d'aluminium. Les ornements floraux qui l'entourent et les deux oiseaux sont peints sur verre et posés devant le portrait.



En novembre 1930, Frida Kahlo et Diego Rivera allèrent s'installer pour quatre ans aux Etats-Unis. Leur premier lieu de séjour fut San Francisco.
Diego Rivera avait été chargé de réaliser des peintures murales pour la San Francisco Stock Exchange et pour la California School of Fine Arts, l'actuel San Francisco Art Institute.

Sa décision de vivre et de travailler pendant un long espace de temps aux Etats-Unis avait certainement des raisons à la fois politiques et artistiques. L'intérêt des Nord-Arnéricains pour le développement culturel de leur voisin du sud, pour la dite <renaissance mexicaine>>, était grand.  A l'inverse, les Etats-Unis représentaient un grand pôle d'attraction pour les artistes mexicains. Quelques-uns d'entre eux se rendirent dans le pays voisin pour y profiter du marché de l'art plus développé.

A San Francisco, Frida Kahlo fit la connaissance d'artistes, de commanditaires et de mécènes dont Albert Bender. Ce dernier était agent d'assurances et avait déjà acquis quelques oeuvres de Diego Rivera au cours de précédents séjours au Mexique. Grâce à ses influentes relations, il était parvenu à obtenir une autorisation d'entrée aux Etats-Unis pour Diego Rivera auquel le visa avait été refusé en raison de ses opinions communistes, bien qu'il ait quitté le parti communiste en 1929 à cause des tendances stalinistes de ce dernier.

En remerciement, Frida Kahlo réalisa pour son ami le premier d'une série de portraits doubles la représen tant avec son mari, le portrait de
  "Frida Khalo et Diégo Rivera" (vu précédemment)

Après que Rivera eut terminé ses travaux à San Francisco en juin 1931, le couple poursuivit son séjour aux Etats-Unis à New York, exception faite d'une courte visite au Mexique. Rivera avait été invité à participer à une grande rétrospective de ses oeuvres. Ensuite, le couple s'établit en avril 1932 à Detroit pour un an. Le peintre devait exécuter une fresque ayant pour thème l' <<Industrie moderne>> pour le Detroit Institute of Arts.

frida-aux-eu0001.jpg
"Autoportrait à la frontière entre le Mexique
et  les Etats-Unis", 1932


Dans ce tableau, Frida Kahlo montre cIairement ses idées ambivalentes vis-à-vis du <<pays  des gringos>>. Vêtue d'une élégante robe rose et le drapeau mexicain à la main, elle se tient comme une statue sur un socle devant un monde divisé en deux - le monde mexicain
plein d'histoire, déterminé par les forces de la nature et le cycle naturel de la vie, et le monde nord-américain mort dominé par la technique.






En 1930, Frida Kahlo avait dû interrompre une grossesse pour raisons médicale ; elle fut de nouveau enceinte à Detroit, bien qu'on lui ait dit après l'accident qu'elle ne pourrait vraisemblablement jamais avoir
d'enfant. Que le bassin, qui avait été fracturé en trois endroits, empêchait une position normale de l'enfant et un accouchement normal. En décembre 1930, elle avait fait la connaissance du Dr. Leo Eloesser, chirur gien réputé, à San Francisco et s'était liée d'amitié avec lui - elle réalisa en 1931 le "Portrait du Dr. Leo Eloeser. Sur son conseil, elle alla voir un médecin à l'Henry Ford Hospital de Detroit au début de sa grossesse. <<il m'a dit (...) qu'à son avis, il valait mieux que je garde le bébé au lieu d'interrompre la gros sesse et que, malgré ma mauvaise condition physique, la petite fracture du bassin, de la colonne vertébrale, ect., etc., je pourrais avoir un enfant par césarienne sans trop de difficultés>>, écrivit-elle au Dr.Eloesser en qui elle avait une confiance absolue en ce qui concernait sa santé et auquel elle demandait souvent conseil. <<Croyez-vous qu'il serait plus dangereux d'avorter que d'avoir l'enfant ?>>

Outre son état de santé, elle évoquait dans cette lettre d'autres problèmes qui faisaient paraître une grossesse plutôt défavorable. Elle mentionnait en outre que Rivera ne s'intéressait pas aux enfants. Toutefois, elle décida de porter l'enfant avant d'avoir la réponse du médecin ami : <<Après avoir réfléchi au sujet de toutes les difficultés qu'il provoquerait, j'étais enthousiasmée à l'idée d'avoir un enfant>>  expliqua-t-elle plus tard à son ami.

fausse-couche0001.jpg



Elle dut être d'autant plus déçue lorsqu'elle fit une fausse couche le 4 juillet et perdit l'enfant tant désiré. Pendant les treize jours qu'elle passa à l'hôpital, l'artiste commen ça à fixer l'événement traumatisant de la fausse couche dans un dessin au crayon. Ce dernier lui servit ultérieure ment de modèle pour la peinture à l'huile "Henry Ford Hospital".




      "Henry Ford Hospital ou  Le lit  volant", 1932


 La petite figure du peintre, qui est couchée sans défense dans le grand lit devant la plaine, procure une impression de solitude et d'abandon. Ceci reflète ses sentiments après la perte de l'enfant et pendant le séjour à I'hôpital. L'impression d'abandon est en outre renforcée par la représentation d'un paysage industriel inhospitalier à I'horizon devant leque le lit d'hôpital semble flotter.


capitalisme0001.jpg
"Ma robe est suspendue là-bas" ou  "New York",1933

Alors que Frida Kahlo en avait assez des Etats-Unis et des Américains, Rivera était roujours fasciné par ce pays er ne voulait pas le quitter.

Ce collage unique dans l'oeuvre de l'artiste est un portrait ironique du capitalisme américain. Rempli de symboles de la société industrielle américaine moderne, il montre sa ruine et la destruction des valeurs humaines.

Frida Kahlo
s'oppose à son mari qui représente à la même époque son consentement au progrès industriel
sur une peinture murale au Rockefeller Center.



En décembre 1933, il cède à l'insistance de Frida et rentra avec elle au Mexique. Le couple s'installa dans une nouvelle maison à San Angel, alors banlieu de
Mexico. ele était constituée de deux carrées, dont le plus petit était bleu et habité par Frida Khalo, tandis que
Diégo Rivéra avait installé un vaste studio dans le plus grand qui était rose.

Après de multiples infidélités et en particulier sa relation avec sa soeur, Cristina - qui lui vait servi de modèle à plusieurs reprises -  Frida Khalo, profondément blessée, quitta le foyer commun au début de 1935 et prit un appartement au centre de Mexico.  Au milieu de 1935, Frida s'était enfuie à New-York avec deux amies pour échapper à la pesante situation. A la fin de 1935, quand la liaison entre Diégo et Cristina fut terminée, elle rentra à San Angel. Les vagues  s'étaient apaisées, même si cela ne voulait pas dire que Rivéra renonçait à avoir des aventures. Frida de son côté eut alors des relations avec d'autres hommes et d'autres femmes, surtout dans les dernières années de sa vie.

A partir de 1936, Frida s'engage de nouveau dans la politique. En juillet, la guerre civile espagnole éclate.  Pour soutenir les républicains, elle fonda un comité de solidarité avec d'autres sympathisants. Ce travail politique lui donne un nouvel élan et la rapproche à nouveau de Diégo Rivéra, qui s' ympathisait avec la ligue trotzkiste depuis 1933. La même année, le couple s'engage auprès du gouvernement mexicain pour que Léon Trotzki obtienne le droit d'asile au Mexique après avoir été expulsé de Norvège sous la pression de Moscou.

peinture-pour-leon0001.jpgLe 9 janvier 1937, Natalia Sedova et Trotzki arrivèrent dans le port de Tampico où ils furent reçus par Frida Kahlo.  L'artiste mit à leur disposition la <<Maison bleue>> de la famille Kahlo à Coyoacán que les Trotzki habitèrent jusqu'en avril 1939. Les deux couples passèrent de nombreuses heures ensemble, et une brève liaison se développa entre Trotzki et Frida Kahlo. A la fìn de la liaison en juillet 1937, l'artiste offrit à Trotzki pour son anniversaire, le 7 novembre 1937, jour anniversaire de la révolution russe, un autoportrait qu'elle lui dédia <<affectueusement>>.

  Cette oeuvre claire et gaie au rayonnement frais et positif poussa André Breton à faire six mois plus tard cette description euphorique :

<<Sur le mur du bureau de Trotzki, j'ai admiré un  autoportrait de Frida Kahlo de Rivera. Vêtue d'une robe aux ailes de papillon dorées, justement dans cette tenue, elle entr'ouvre le rideau de l'intérieur. Nous pouvons, comme aux plus beaux jours du romantisme allemand, assister à l'entrée en scène d'une jeune femme pourvue de tous les dons de la séduction.>>

Jacqueline Lamba et André Breton étaient partis pour le Mexique en avril 1938 et y restèrent quelques mois. Pendant un moment, ils vécurenr dans la maison du couple Kahlo-Rivera à San Angel. Breton, qui était l'un des chefs de file du surréalisme, avait été envoyé au Mexique par le ministère français des affaires étrangères pour donner des conférences. Il sympathisa lui aussi avec la ligue trotzkiste et s'intéressa vivement à une rencontre avec Trotzki. Pour lui, le Mexique était l'incarnation du surréalisme, et il interpréta aussi les oeuvres de Frida Kahlo comme surréalistes.



frida-coeur-brisee0001.jpg

"Souvenir ou  Le coeur"  1937


Dans ce tableau, Frida Khalo trouve les moyens pittoresques pour exprimer la douleur morale qu'elle avait subie en 1934 à cause de la liaison entre son mari et sa soeur Cristina.

Son coeur brisé gît à ses pieds ; la surdimention de ce dernier symbolise la vilence de son chagrin. Elle montre ses sentiments d'abandon et de désepoir
au moyen des mains absentes.

Frida Khalo offrit ce tableau à Michel Petit-Jean, directeur de la galerie Renou et Colle à Paris.

 



autopotrait-au-chien0001.jpg
                                          

                     
Autoportrait au chien  vers 1938

Le tableau montre une jeune femme séduisante au visage plein et aux lèvres sensuelles. Pourtant, l'atmosphère du tableau est marquée par la solitude. Seul le petit chien Itzcuintli donne à Frida Khalo la sécurité et l'affection qu'elle cherchait souvent auprès de ses nombreux animaux domestiques.

Une radiographie prise à l'occasion de la restauration de ce tableau montre, sous la toile, une oeuvre de jeunesse représentant des petits oiseaux et des plantes autour d'un étang.






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vacances 18/11/2013 10:50

IL est vrai que c'est vraiment une très grande artiste. Je suis allée voir son expo qui a lieu en ce moment à l'orangerie, et c'est vraiment génial. Même si ... et oui l'expo n'est pas très fournie
en oeuvres ... et il y a tellement de monde qu'il faut batailler pour accéder aux dessin et peintures accrochés. Ne parlons pas de la première salle photo où on a l'impression d'être dans un hall
de gare un jour de départ en vacances...

Bijoux Mexique 11/06/2013 17:31

J'ai eu la change de voir la collection de peintures de l'artiste peintre mexicain Frida Khalo. J'ai aussi acheté un livre pour connaître un peu plus sa vie... et bien sur aussi j'ai vu le film
avec Salma Hahek, mexicaine aussi. L'art et les couleurs de ce pays sont magnifiques. Beau Mexique!

clovis simard 14/10/2012 04:16

voir mon blog(fermaton.over-blog.com)