LA DELICATE COLOMBE ET LA GRENOUILLE VENTRUE

Publié le par Crevette




Le 17 septembre 1925, un accident de la circulation se produisit peu après que Frida Kahlo soit montée dans le bus avec Alejandro Gómez Arias, son ami d'enfance, pour effectuer le trajet de l'école à la maison  à Coyoacán. Dans la collision entre l'autobus et le tramway, plusieurs personnes trouvèrent la mort sur le lieu même de l'accident. Frida Kahlo subit plusieurs blessures si graves que les médecins doutèrent qu'elle puisse survivre.

accident0001.jpg
Ex voto  -  vers 1943

"Frida Khalo trouva un tableau votif dont la représentation ressemblait tellement à son propre accident, qu'il lui suffit d'y apporter quelques modifications pour le transformer. Elle ajouta l'inscription sur le bus et le tram, donna à l'accidentée les sourcils typiques et nantit la représentation du remerciement."



Elle fut clouée au lit  pendant trois mois. Elle passa un mois à l'hôpital et sembla ensuite guérie, mais continua à souffrir fréquemment de douleurs dans la colonne vertébrale et dans le pied droit. Elle se sentait en outre constamment  fatiguée. Environ un an après l'accident, elle dut retourner à l'hôpital. Elle n'avait pas été radiographiée et la colonne vertébrale n'avait pas été examinée. C'est seulement à ce moment que l'on constata une vertèbre lombaire fracturée, et elle dut porter divers corsets de plâtre pendant  neuf mois pour guérir. Dans de nombreuses lettres adressées à Alejandro Gómez Arias, elle décrit l'état qui fut le sien pendant les neuf mois où elle fut considérablement limitée dans sa liberté de mouvements et dut même rester complètement immobile par moments. Pour échapper à l'ennui et à la douleur, elle se mit à peindre.

<<Je croyais avoir suffìsamment d'énergie pour faire quelque chose d'autre qu'étudier pour devenir médecin. Sans attirer beaucoup l'attention là-dessus, je commençai à peindre>>, raconta-t-elle plus tard au critique d'art Antonio Rodríguez.

<<Depuis de nombreuses années, mon père avait une boîte avec des couleurs à l'huile, quelques pinceaux dans un vieux verre et une palette dans un coin de son petit studio de photographie. Il peignait et dessinait    volontiers des paysages à proximité du fleuve de Coyoacán et il copiait parfois des chromolithographies. Petite fille, j'avais déjà, comme on dit, jeté un oeil sur la boîte remplie de couleurs. Je ne saurais expliquer pourquoi. Comme j'étais malade et devais passer beaucoup de temps au lit, je profitai de  l'occasion et la réclamai à mon père. Pareil à un petit garçon auquel on prend un jouet pour le donner à son frère malade, il me la prêta. Ma mère fit faire un chevalet par un menuisier, si l'on peut appeler ainsi l'appareil spécial que l'on pouvait fixer à mon lit, car le corset de plâtre ne me permettait pas de me dresser sur mon séant.>>

Le lit fut en outre recouvert d'un baldaquin sous lequel on plaça un miroir sur toute la longueur, de sorte qu'elle pouvait se voir et se servir de modèle. Ce fut le début des nombreux autoportraits qui prédominent dans l'oeuvre de Frida Kahlo et peuvent être mis en évidence, presque sans interruprion, dans toutes ses phases créatrices. Un genre à propos duquel elle dit plus tard : << Je me peins parce que je passe beaucoup de temps seule et parce que je suis le motif que je connais le mieux>>.

Ces autoportraits furent peints pendant la séparation et le divorce d'avec son mari vers 1939.



Autoportrait au collier d'épines 1940                                                                      Autoportait  1930

AUTOPORTRAIT0001AUTOPORTRAIT0002.jpg


             Autoportait  1948                                                                    Autoportrait aux cheveux défaits 1947

AUTOPORTRAIT0004.jpg
AUTOPORTRAIT0003.jpg



   Autoportrait au petit singe 1945                      Autoportrait au singe  1940                                                            

AUTO-BIS0003.jpg
AUTO-BIS0004.jpg



Avec le choix d'Alvaro Obregóns comme président (1920) et la création d'un ministère des affaires culturelles (SEP) sous la direction de José Vasconcelos, l'alphabétisation fut non seulement poussée, mais un vaste mouvement de renouveau culturel fut en même temps mis en branle. Son but était l'assimilation http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fb/Jose_vasconcelos.jpg/200px-Jose_vasconcelos.jpgsociale et l'intégration culturelle de la population indienne ainsi que le recouvrement d'une culture mexicaine autonome.
Alors que les éléments culturels indiens avaient été refoulés depuis la conquête espagnole et que l'art académique influencé par l'Europe avait été encouragé depuis le XIX  ème siècle jusqu'à la révolution, la réorientation ne tarda plus. Beaucoup d'artistes, qui avaient  trouvé dégradante l'imitation des modèles étrangers jusque-Ià courante, réclamèrent désormais un art mexicain indépendant détaché de l'académisme. Ils exigèrent que l'on se souvienne de ses origines mexicaines et que l'on revalorise l'art populaire.

Frida Kahlo
rejoignit ce cercle d'artistes et d'intellectuels en 1928. Vers la fìn de l'année 1927, elle était suffìsamment rétablie pour pouvoir mener de nouveau une vie en grande partie <<normale>>.  Elle intensifìa donc une fois encore le contact avec ses anciens camarades d'école. Beaucoup avaient entre-temps quitté l'Ecole préparatoire pour étudier et  étaient politiquement actifs à l'université. Au début de l'année 1928, Germán de Campo, l'un de ses amis d'école, l'introduisit dans un cercle de jeunes gens groupés autour du communiste cubain Julio Anconio Mella. Mella se trouvait alors en exil au Mexique et était un ami de la photographe Tina Modorti qui avait également des relations avec les artistes progressifs.

http://monsite.orange.fr/mansouvide/images/3-picture2.jpg?0.3271687310039557Par son intermédiaire, Frida Kahlo rencontra Diego Rivera. ElIe avait déjà pu observer le peintre en 1922, alors qu'il exécutait sa première peinture murale dans l'amphithéâtre Simón Bolívar à l'Escuela Nacional Preparacoria. ElIe lui rendit donc visite avec ses premières oeuvres au ministère des affaires culturelles où il créa une nouvelle peinture murale entre 1923 et 1928. ElIe admirait beaucoup le peintre et sa peinture et voulait donc lui demander son avis au sujet de ses propres travaux pour savoir s'il la trouvair douée. Les oeuvres qu'elle lui présenta impressionnèrent beaucoup le muraliste : <<Les toiles révélaient une extraordinaire force d'expression, une description précise des caractères et un réel sérieux. (...) ElIes possédaient une sincérité plastique fondamentale et une personnalité artistique propre. ElIes véhiculaient une sensualité virale encore enrichie par une faculté d'observation impitoyable, quoique sensible. Pour moi, il était manifeste que cette jeune fille était une véritable artiste.>>



Frida Kahlo et Diego Rivera, qui a 21 ans de plus qu'elle, se marient le 21 août 1929.

http://aa.laloux.free.fr/frida%20et%20diego.jpg

Frida Kahlo avait apparemment déjà fait la connaissance du cercle d'artistes et d'intellectuels mexicains qui préconisaient un art mexicain autonome. Le <<mexicanismo>> devait avant tout s'exprimer dans la peinture murale éducative qui était particulièrement encouragée par l'Etat afìn de rendre l'histoire nationale accessible à la multitude d'analphabètes.

Ce portrait double à peut être été créé d'apès une photo de mariage. Les fin petits pieds de Frida Kahlo touchent à peine le sol. On dirait presque qu'elle flotte, tandis que Rivera est bien ancré sur le sol avec ses pieds géants. Avec sa palette et ses pinceaux, Rivera est caractérisé en tant que peintre, elle se représente elle-même comme la femme du génial artiste. Le collectionneur d'art Bender reçut ce tableau en remerciement de ses efforts pour faire obtenir à Rivera une autorisation d'entrée aux Etats-Unis, autorisation qui avait d'abord été refusée à Rivera à cause de ses idées communistes."
     


                                                                    
http://images.google.fr/url?source=imgres&ct=img&q=http://www.saintantoine.org/messaggero/upload/foto/1104_34.jpg&usg=AFQjCNE-ctWqF9k0B-_Bkw4isGQnrcWuKw
La peinture murale de José Clemence Orozco, Diego Rivera et David Alfaro Siqueiros attirait particulièrement l'attention.  Mais les idées <<nationales>> dont les principaux représentants étaient Gerardo Murilllo  dit  Dr. Atl, Adolfo Best Maugard et Roberto Montenegro, furent prises pour thème non seulement dans la peinture monumentale, mais encore dans la peinture privée.


                                                  
José Clemence Orozco,
http://www.vivamexico.info/Peintures/Orozco/ASoumission.jpg








                Diégo Rivéra





                         

                           David Alfaro Siqueiros


http://images.google.fr/url?source=imgres&ct=img&q=http://www.chroniclebooks.com/Chronicle/excerpt/0811819280-19280e5.jpg&usg=AFQjCNEzAnu3vzsbbIGftjFvDeuVQmbu8Q





















Frida Kahlo emprunta à l'art populaire les coloris et certains motifs tels que les <<figures de Judas>> qui l'accompagnent dans certains autoportraits. Elle reprit des éléments des ex-voto d'artistes amateurs anonymes et prit en outre ses idées à la culture précolombienne et pas en dernier lieu à la peinture de portrait mexicaine du XIX ème siècle. Les objets de l'art populaire dont  Frida Kahlo s'inspirait pour ses oeuvres entrèrent en même temps dans les foyers des intellectuels mexicains en tant qu'objets des arts
décoratifs. Les meubles paysans, les objets laqués, les masques, les <<figures de Judas>> en papier mâché et les tableaux votifs faisaient aussi partie intégrante de la maison du couple Kahlo-Rivera.

 en-homme0001.jpg


Dans ses autoportraits, Frida Kahlo se représentait la plupart du temps vêtue de simples habits paysans ou d'un costume régional indien, avec lesquels elle exprimait son identification à la population indienne, son
identité nationale.

<<A une autre époque, je m'habillais comme un garçon, les cheveux coupés court, un pantalon, des bottes et une veste de cuir, mais quand j'avais rendez-vous avec Diego, je passais ma robe Tehuana.>> 


Le peintre porta effectivement pendant un certain temps des vêtements masculins, créant ainsi l'image d'une femme peu commune et autonome.





Diégo Rivéra voyait en Frida Khalo, qui portait des costumes régionaux, << l'incarnation de toute la magnificence nationale >>.  Avec la même intention idéologique, l'artiste créa aussi les fonds de ses autoportraits et choisit les attributs accompagnant son image. Elle représenta la flore et la faune mexicaine, montra des cactées, des plantes de la forêt vierge, des roches volcaniques, des cerfs, des perroquets - bêtes qu'elle avait comme animaux domestiques et qui parasissent dans ses tableaux en tant que compagnons de solitude.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

omni tech support 14/01/2015 10:59

What I found really amazing in those paintings is the way which the artist has painted the eye brows. It seems very bold and its like a prominent feature and without that feature the painting would look absurd.